Partenariat éditorial

Les ventes au détail restent solides aux USA

Le commentaire d'Eric Mounir Conseiller Private Banking à Crans-Montana
23 mai 2022, 12:05
Image info bourse

Les ventes au détail ont progressé de 0.9% aux Etats-Unis comparé au mois dernier. Certes les économistes s’attendaient à une progression de 1.0%. Cependant la progression du mois précédent a été revue de manière importante à la hausse. La croissance des ventes au détail corrigée de l’essence, des automobiles, des matériaux de constructions et des services alimentaires ont même progressé davantage, en enregistrant une croissance de 1.0%. 

Ces chiffres indiquent que malgré la hausse des prix et des taux d’intérêts, le consommateur américain ne montre pas de signe d’inquiétude quant à son avenir. Ceci devrait permettre à la croissance de rester relativement solide en 2022.

Les achats par cartes de crédit ont augmenté, signe que le consommateur américain ne craint pas de perdre son emploi à ce stade. Le taux de chômage reste très bas. Le consommateur américain représente environ 70% de l’économie et pour le moment il montre une bonne santé financière. Certes les réserves accumulées durant la pandémie ont été épuisées, cependant le bilan des ménages reste très solide. 


Du côté des sociétés

Le fondateur de Tesla, Elon Musk, a décidé de suspendre temporairement son acquisition de Twitter. Le milliardaire dit attendre davantage de détails sur le nombre exact de faux comptes sur le réseau social. Cette nouvelle a fait plonger l’action de Twitter de 9.7% à Wall Street. Le conseil d’administration du réseau social avait accepté fin avril l’offre de rachat de 44 milliards de dollars proposée par Elon Musk. 

L’accélérateur de la chute des marchés est venu mercredi avec les résultats du géant de la distribution Target, qui comme son concurrent Walmart en début de semaine a publié des résultats trimestriels bien en deçà des attentes. En effet, le secteur du détail doit faire face à des frais de transport élevés, à des démarques plus importantes et une hausse des salaires (post-Covid). Ce cocktail toxique a causé une correction massive de l’ordre de 25% et a entraîné d’autres secteurs dans son sillage.